fbpx
Freya viking

Présentation de Freya

Freyja

Freya, la déesse nordique de l’amour, de la beauté, de la fertilité et de la sexualité, présente une ressemblance physique et mythologique frappante avec Aphrodite, déesse grecque du même domaine. Je voulais faire des recherches sur Freya pour examiner les similitudes et les différences entre les représentations nordiques et grecques de la déesse la plus traditionnellement «belle».

La relation entre Freya et Frigg (l’épouse du dieu chef Odin) dans la mythologie nordique est similaire à la relation entre Aphrodite et Héra (l’épouse du dieu chef Zeus) dans la mythologie grecque. Freya et Frigg, comme Aphrodite et Hera, sont considérées comme les deux plus belles déesses de leur canon respectif et sont réputées pour leur infidélité sexuelle continue.

Freya et Frigg possèdent chacun des pouvoirs magiques et sont des «archétypes de la völva, une professionnelle ou semi-professionnelle du seidr, la forme la plus organisée de magie nordique» («Freya»). Cependant, alors que Freya et Frigg ont tendance à utiliser leurs pouvoirs divins pour des moyens plus superficiels (c’est-à-dire obtenir des bijoux et des objets matériels), Aphrodite et Hera manipulent leur magie à des fins plus pragmatiques, voire cruelles.

Aphrodite, par exemple, a puni Hippolyte, un mortel qui refusait de l’adorer, en faisant tomber follement amoureux de sa mère, une luxure qui a finalement conduit au suicide de sa mère («Hippolyte»).

Freya dans la mythologie nordique

La similitude mythologique entre Freya et Frigg fait allusion au manque d’accent que la mythologie nordique a prescrit aux déesses féminines. Alors qu’Aphrodite et Hera sont des personnages distincts dans la mythologie grecque, Freya et Frigg se chevauchent beaucoup.

Freya et Frigg sont mariés à des hommes portant le même nom (Oor et Odin respectivement), tous deux utilisent des plumes d’oiseau de proie pour changer de forme, et les deux noms sont attribués au mot germanique pour «vendredi» («Freya»). Etymologiquement, Freya et Frigg sont plus proches l’un de l’autre.

Signification du nom Freya :

Le nom de Freya se traduit directement par «dame», tandis que le nom de Frigg a sa racine dans le mot «bien-aimé». Contrairement à Aphrodite et Hera, dont les noms distincts indiquent leurs domaines mythologiques distincts, les noms de Freya et de Frigg se rapportent aux mêmes domaines de l’amour, de la féminité et de la sexualité. Plusieurs érudits affirment que Freya et Frigg n’étaient «que des figures nominalement distinctes à la fin de l’âge viking» et «étaient pratiquement le même personnage en tout sauf le nom» («Frigg»).

Il existe peu de représentations archéologiques ou artistiques de Freya contemporaines à l’époque viking. Les restes sculpturaux qui ont été trouvés sont de petits pendentifs de bijoux ou des broches, indiquant que le peuple nordique considérait Freya comme un accessoire, indigne de sculptures et de représentations plus grandes et plus extravagantes («Découverte extraordinaire»). Aphrodite, en revanche, a fait l’objet d’une vénération artistique classique. Quatrième siècle avant J.-C. de Praxitèle sculpture de Aphrodite de Knidos, dépeignait la déesse grecque de l’amour comme un être sacré, plaçant stratégiquement ses mains pour préserver sa modestie et la sculptant dans sa pleine forme, à une hauteur de plus de cinq pieds («Statue de»). Les représentations artistiques plus récentes de Freya, en particulier la peinture de Nils Blommér de 1846, ont tendance à dépeindre la déesse comme modérément sage et féminine, ignorant sa nature sauvage prescrite dans de nombreux mythes nordiques (voir Fig.1). Peinture de Jacques-Louis David Mars désarmée par Vénus, représente à l’inverse Aphrodite comme possédant un pouvoir intense étroitement lié à sa sexualité (voir Fig. 2). Aphrodite, beaucoup plus que Freya, était considérée par les artistes, les historiens et les poètes comme faisant partie intégrante de sa mythologie plus large. Freya, dans la plupart des mythes nordiques la concernant, joue un simple rôle ornemental en arrière-plan.

Freya est très peu développée par rapport aux personnages masculins nordiques, en particulier les dieux masculins. L’importance du rôle de Freya dans de nombreux mythes résulte uniquement de son attrait superficiel et sexuel, indiquant que le peuple nordique considérait les femmes comme valables uniquement pour leurs attributs physiques.

Cela contraste le rôle plus distinctif que la mythologie grecque a prescrit à ses déesses féminines et illustre une différence sous-jacente dans les cultures grecque et nordique. La culture grecque, centrée à la fois sur la guerre et les arts, a fourni une représentation relativement égalitaire des dieux masculins contre les déesses féminines.

Cependant, l’accent mis par la culture nordique sur la guerre par-dessus tout a rendu les femmes essentiellement inutiles, ce qui a conduit à un manque comparatif d’influence de Freya.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Les derniers articles du blog de Vikings.fr